Comprendre le cycle du carbone dans un lac au couvert de glace pérenne dans l’est de l’Antarctique

L’étudiante graduée Nicole Marsh est debout à l'extérieur, vêtue d'un parka rouge et d'une tuque grise. Derrière elle, nous voyons un paysage de rochers et une montagne partiellement enneigée.

Nicole Marsh, supervisée par les professeurs Ian Clark et Denis Lacelle

Département des sciences de la Terre et de l’environnement

L’une des expériences les plus gratifiantes pour les étudiants et étudiantes des cycles supérieurs est la possibilité de présenter les résultats de leurs recherches à leurs pairs dans le cadre de conférences scientifiques. Plus tôt cette année, Nicole Marsh a présenté les résultats de son projet de recherche de maîtrise lors du congrès conjoint de l’Association géologique du Canada, de l’Association minéralogique du Canada et de l’Association internationale des hydrogéologues (AGC-AMC-AIH), à Québec. Pendant ce congrès annuel, qui a marqué une étape importante de sa carrière universitaire, elle a présenté les résultats et les interprétations de plus de 18 mois de travaux d’analyse et de modélisation visant à comprendre la source, le cycle et le sort du carbone dans un lac recouvert de glace pérenne.

Dans le cadre de son projet de maîtrise supervisé par les professeurs Ian Clark et Denis Lacelle, Nicole a participé à une expédition de six semaines à l’oasis éloignée d’Untersee, terre de la Reine-Maud, où elle a prélevé des échantillons d’eau et de sédiments. De retour à l’Université d’Ottawa, elle a caractérisé ces échantillons pour en déterminer la teneur en carbone, en isotopes stables, en carbone 14 et en radio-halogénures. Ses travaux de recherche se basaient sur plus d’un an d’analyses au Laboratoire d’isotopes stables Ján-Veizer et au Laboratoire André-E.-Lalonde de spectrométrie de masse par accélérateur, ainsi que sur des collaborations avec des limnologistes et des spécialistes des sciences polaires du centre de recherche Ames de la NASA, du Carl Sagan Centre du SETI Institute et des collègues de l’Université d’Ottawa. Ses travaux font partie d’un vaste programme de recherche qui étudie la vie dans des environnements extrêmes en tant que milieux comparables à la vie sur Mars.

Nicole dresse actuellement un bilan massique exhaustif du carbone à l’aide des données associées aux échantillons d’eau et de sédiments qu’elle a recueillis, afin d’aider à modéliser le cycle du carbone dans le lac Untersee. Elle utilise également du carbone 13 stable et du carbone 14 pour découvrir les processus biochimiques et physiques qui se déroulent dans la colonne d’eau et les sédiments du lac. Alors qu’elle termine sa thèse et se prépare à obtenir son diplôme, Nicole est à la recherche de possibilités de faire carrière comme experte-conseil en environnement, en particulier dans le cadre de projets portant sur l’hydrologie et la géochimie environnementale des territoires du Canada. Elle aime explorer les régions éloignées et espère que ce choix de carrière l’amènera à travailler dans les magnifiques contrées de l’Arctique, auprès des gens et des communautés extraordinaires du Nord canadien.

En plus d’être reconnaissante envers ses directeurs, les professeurs Clark et Lacelle, Nicole remercie pour son soutien Benoit Faucher, étudiant au doctorat au Département de géographie. Benoit faisait partie, avec le professeur Lacelle, de l’équipe d’expédition en Antarctique. À titre de chercheurs expérimentés spécialisés en sciences polaires, le professeur Lacelle et Benoit ont supervisé les travaux sur le terrain et aidé Nicole à affronter les conditions extrêmes. À l’Université d’Ottawa, Denis et Benoit sont des collaborateurs clés en matière de travaux d’analyse et d’interprétation des données.

En plus de faire des études de doctorat, Nicole est membre de l’Association des étudiantes et étudiants diplômés en sciences de la Terre (GESSA). Elle a donné un cours sur les roches et les minéraux à des élèves d’Ottawa dans le cadre d’un programme d’enrichissement qui comprenait notamment un voyage d’études à l’ancienne mine de brucite de Cross Loop, à Québec, pour y trouver des minéraux.

Plus d'étudiants remarquables

Haut de page