L’Université d’Ottawa obtient huit nouvelles Chaires de recherche du Canada et 13,8 millions de dollars en financement de recherche

Publié le vendredi 12 février 2016

L’Université d’Ottawa a obtenu huit nouvelles Chaires de recherche du Canada, et sept de ses chaires actuelles seront renouvelées, portant ainsi le financement total en recherche à 13,8 millions de dollars.

Ces investissements, annoncés à l’Université d’Ottawa par l’honorable Catherine McKenna, approfondiront l’étendue des recherches et de l’expertise de l’Université d’Ottawa dans différents domaines, comme les communications quantiques ultraprotégées, les infections virales et le système immunitaire, la santé mentale ainsi que les technologies vertes, qui renforceront les ambitions et engagements du Canada sur le plan environnemental. 

« Grâce à l’appui du programme des chaires de recherche du Canada et de la Fondation canadienne pour l'innovation, l’Université continue d’offrir à ces brillants chercheurs un milieu de travail à l’avant-garde pour trouver des solutions à des problèmes et faire des découvertes qui procureront un avantage concurrentiel au Canada et qui bénéficieront à toute la population canadienne », a déclaré Mona Nemer, vice-rectrice à la recherche.

Voici les titulaires des huit nouvelles Chaires de recherche du Canada :

Vincent Carreau — Chaire de recherche du Canada en écologie fonctionnelle
Le professeur Carreau veut découvrir le « comment » et le « pourquoi » dans son étude des traits importants des organismes sur le plan écologique. Au moyen de concepts, d’outils et de techniques multidisciplinaires pour étudier les corrélations, ses recherches aideront à répondre à la question fondamentale : « Pour quelles raisons un ensemble de populations ou d’espèces a-t-il divergé de cette façon? »

Marceline Côté — Chaire de recherche du Canada sur la virologie moléculaire et la thérapeutique antivirale
À l’aide d’une combinaison d’approches de biologie chimique et de génétique, la professeure Côté a comme objectif de découvrir de puissantes petites molécules qui empêchent l’infection et de relever les facteurs cellulaires nécessaires à l’infection. Ses travaux de recherche aboutiront à la mise au point de thérapies antivirales absolument indispensables pour lutter contre des virus émergents, comme l’Ebola. 

Stephen Ferguson — Chaire de recherche du Canada sur le cerveau et le psychisme
Le professeur Ferguson dirige la mise au point de nouveaux outils thérapeutiques et diagnostiques qui auront d’importantes conséquences sur l’identification et le traitement de maladies neurologiques, comme la schizophrénie, la dépression, l’anxiété, l’Alzheimer et la maladie de Huntington.

Patrick Giguère — Chaire de recherche du Canada en pharmacologie moléculaire et en recherche de nouveaux médicaments
Les produits opiacés sont couramment utilisés pour le traitement de la douleur et des troubles de toxicomanie, mais ont de graves effets secondaires. Les travaux de recherche du professeur Giguère visent à mettre au point des produits opiacés plus sûrs qui pourraient former une toute nouvelle catégorie de thérapeutique. 

Ebrahim Karimi — Chaire de recherche du Canada sur la lumière structurée
La lumière et les photons qui la composent jouent des rôles déterminants dans une multitude de processus, depuis la photosynthèse jusqu’à la transmission des données. Les travaux du professeur Karimi donneront lieu à la mise au point de nouveaux appareils en mesure de structurer les faisceaux optiques pour offrir ainsi des solutions prometteuses aux limites de capacité en matière d’informations associées aux techniques de transmission conventionnelles.

Benoit Lessard — Chaire de recherche du Canada sur les matériaux polymères avancés et l’électronique organique
Le professeur Lessard et son équipe mettront au point une nouvelle génération de capteurs activés par des polymères « intelligents » sensibles aux stimuli qui pourront modifier leur rendement lorsqu’ils sont exposés aux gaz. Leur précision leur conférera une capacité de détection dans une grande variété de contextes, allant des contaminants dans l’eau potable aux substances utilisées par les athlètes pour améliorer leurs performances.

Matthew Pamenter — Chaire de recherche du Canada en neurophysiologie comparative
Le professeur Pamenter et son équipe étudient les mécanismes qui protègent naturellement le cerveau, le cœur et l’ensemble de l’organisme contre les conséquences néfastes de l’hypoxie, c’est-à-dire un manque d’oxygène. Ces travaux de recherche mettront au jour de nouveaux renseignements au sujet des mécanismes naturels de neuroprotection, apporteront des éclaircissements importants sur l’évolution de la tolérance à l’hypoxie et guideront la mise au point de nouveaux traitements contre l’hypoxie du cerveau.

Adam Shuhendler — Chaire de recherche du Canada en biologie chimique
Le professeur Shuhendler se sert de la chimie pour développer de nouvelles stratégies d’imagerie moléculaire présentant un intérêt clinique. Il conçoit des traceurs moléculaires « intelligents » sensibles à l’activité de certaines cibles biochimiques dans les cellules et les tissus. Ses recherches créent de nouvelles frontières en diagnostic et thérapeutique expérimentaux visant à améliorer la santé des Canadiens.

Consultez la liste des Chaires de recherche du Canada à l’Université d’Ottawa.

L’Université d’Ottawa : un carrefour d’idées et de cultures
L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Nous sommes l’un des rares établissements canadiens à figurer au classement des 200 meilleures universités au monde. Nous attirons d’éminents penseurs et accueillons des perspectives diverses émanant du monde entier.

Haut de page