Des outils informatiques pour les dispositifs quantiques de nouvelle génération

De gauche à droite, le professeur Pawel Hawrylak et le professeur adjoint Marek Korkusinski se tiennent ensemble devant un tableau blanc, sur lequel diverses formules sont écrites à l'encre bleue et rouge.

Pawel Hawrylak (chercheur principal), Alain Gran (stagiaire postdoctoral), Marek Korkusinki (professeur auxiliaire) et Quantum Silicon Inc.

Département de physique

Pawel Hawrylak, professeur de physique et chercheur à l’Université d’Ottawa, collabore avec Quantum Silicon inc. (QSi), une entreprise spécialisée en informatique quantique basée à Edmonton (Alberta).

QSi conçoit des dispositifs informatiques à l’échelle atomique qui consomment très peu d’énergie. Ils sont destinés à compléter ou à remplacer des circuits intégrés à transistor. Son objectif actuel consiste à créer des éléments informatiques contrôlés par champ à très faible consommation d’énergie qui servent à concevoir des circuits et des dispositifs informatiques à l’échelle atomique, plus rapides et moins énergivores que les versions actuelles.

De concert avec QSi, le professeur Hawrylak et son équipe s’emploient à mettre au point un outil informatique appelé silicon-QNANO qui permettra de simuler des boîtes quantiques par liaisons pendantes sur des surfaces de silicium. Cela pourrait permettre de concevoir des circuits électroniques d’une précision atomique sur une surface de silicium et donc à créer des dispositifs quantiques très peu énergivores entièrement intégrés à la technologie de transistor en silicium actuelle. Dans ce type de dispositif, chaque électron va se déplacer entre des atomes individuels. À l’heure actuelle, des millions d’électrons se déplacent parmi des millions d’atomes et perdent ainsi de l’énergie par vibration atomique. Réussir à diminuer la chaleur générée est l’un des plus grands défis en microélectronique.

Les technologies quantiques connaissent une forte croissance dans le monde entier et leur association au silicium est très prometteuse. Le nouveau partenariat entre le professeur Hawrylak et Quantum Silicon arrive donc à un moment opportun. Également soutenus par une subvention d’engagement partenarial du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, le professeur Hawrylak et son équipe ont réussi à concevoir un outil de simulation pour des nanostructures de silicium qui pourrait servir à un vaste éventail d’applications dans les technologies quantiques basées sur le silicium. Cette découverte permettra de régler un problème épineux pour QSi et offrira un outil de conception informatique valide aux entreprises canadiennes qui émergent dans le domaine des nanotechnologies.

Autres partenariats

Haut de page