Relever le défi des ressources : retour vers le futur

Le professeur Mark Hannington, assis à l'intérieur du submersible JAGO, un véhicule sous-marin habité, explore les volcans sous-marins au large des côtes des îles Canaries

Professeur Mark Hannington (Université d’Ottawa), Université Laurentienne et Helmholtz Center for Ocean Research (GEOMAR)

Département des sciences de la Terre et de l’environnement

La quantité déjà limitée de matières premières facilement accessibles sur Terre décline rapidement, et ceci deviendra bientôt un problème majeur pour la population sans cesse croissante qui habite notre planète.

Financé par le Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada et dirigé par l’Université Laurentienne, le projet Terre de métaux est une alliance stratégique de scientifiques en provenance d’universités canadiennes et d’autres pays, de gouvernements et d’entreprises qui font équipe pour mieux comprendre les profondeurs de la Terre et ses ressources – des connaissances dont nous avons besoin de façon urgente pour accéder aux matières premières de demain. L’Université d’Ottawa est fière de contribuer à la plus grande initiative sur l’avenir des ressources minérales jamais entreprise au Canada.

Le présent est la clé du passé : pendant que des chercheurs de l’Université Laurentienne sondent la croûte ancienne du Bouclier canadien pour mieux comprendre où se sont formées les ressources dans un passé géologique lointain, le professeur Mark Hannington et son équipe du Département des sciences de la Terre et de l’environnement se tournent vers les océans pour étudier la tectonique moderne des plaques et son rôle dans la distribution globale des ressources. Ils utilisent des technologies adaptées aux fonds marins pour découvrir comment la croûte continentale, riche en minéraux, pourrait s’être formée dans les anciens océans avant de faire partie de la masse terrestre du Canada. Le projet Terre de métaux représente une première étape importante pour trouver des façons de découvrir des matières premières. De nouvelles images des plaques tectoniques océaniques sont créées pour tester des idées au sujet de la croissance de la croûte et la formation du minerai. Dans le « laboratoire océanique », l’équipe peut directement observer les processus qui ont mené à la création de gisements de minerais dans la croûte continentale ancienne. Les connaissances ainsi acquises leur permettront de faire de meilleures projections pour localiser d’autres ressources dans la masse terrestre. Selon le professeur Hannington « Les découvertes faciles ont été faites. Nous avons maintenant besoin de bien meilleurs modèles de la croûte terrestre pour trouver les ressources dont nous aurons besoin dans l’avenir ».

Crédit photo : Équipe JAGO, GEOMAR - Helmholtz Centre for Ocean Research, Kiel.

Autres partenariats

Haut de page